Vous êtes ici

Accueil

Prière des chrétiens, prière des musulmans.

 

 

Pour le chrétien, la prière, avant d’être une obligation, est une réponse à l’appel de Dieu, une nécessité et une grâce.

 

« La prière est la respiration de l’âme » : cette définition de la prière montre bien l’importance vitale de la prière dans la vie de l’homme. En effet, comment pourrait-on dire à sa propre respiration : « Aujourd’hui, je n’ai pas de temps pour toi ? ». Si nous ne trouvions pas le temps pour respirer, tout autre effort ne servirait à rien, tout simplement parce que nous n’aurions pas les forces pour le faire. Sans respiration, il n’y a pas de vie humaine. Il en est de même pour la prière : tout dépend d’elle, en ce sens que, par la prière, nous devenons capables, avec la grâce de Dieu, d’affronter toutes les épreuves de la vie, de vaincre toutes tentations, de mener à leur terme toutes les tâches que la providence Divine nous réserve. Mais sans la prière, nous ne pouvons précisément rien faire de vraiment bon, qui ait vraiment une valeur éternelle, pour nous-mêmes mais aussi pour les autres… » (Mgr Luciano Alimandi)

 

La prière communautaire est la prière de la communauté ou de plusieurs personnes (mais en cas de besoin, elle peut être dite par une seule personne). Elle répond à ce qu’a dit le Christ : « Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d’eux. » (Mt 18,20). Elle comprend notamment :

Ø la liturgie de la messe, prière communautaire par excellence et qui culmine toute autre forme de prière.

     le Notre Père, prière enseignée par Jésus à ses disciples qui lui demandaient de leur apprendre à prier. C’est un modèle de prière.

Ø la récitation de l’office divin : les Matines, les Laudes, Prime, Tierce, Sexte, None, les Vêpres et les Complies, récitation obligatoire pour les prêtres et religieux, conseillée pour les fidèles. Cette prière doit sanctifier les différentes parties du jour, il est donc conseillé de respecter les heures prévues par l’Eglise ou de s’en approcher, mais l’essentiel est de dire toutes les « heures » à l’intérieur des vingt-quatre heures d’un jour.

Ø la prière du Rosaire : par la prière du Rosaire, tout en disant des « Je vous salue Marie », le chrétien contemple, avec la Vierge Marie, le visage du Christ à travers différents mystères (événements) de la vie du Christ-Jésus. Le Rosaire comprend cinq mystères joyeux, cinq mystères lumineux, cinq mystères douloureux, cinq mystères glorieux. Chaque série de cinq mystères constitue un « chapelet ». Lorsque le chapelet est dit régulièrement on en reçoit des fruits spirituels abondants.

 

La prière personnelle ou « oraison », magnifiquement définie ci-après :

« La prière n’est autre chose qu’une union avec Dieu » (saint Curé d’Ars)

« Prier c’est penser à Jésus en l’aimant » (bienheureux Charles de Foucauld)

« Pour moi, la prière, c’est un élan du cœur, c’est un simple regard jeté vers le Ciel, c’est un cri de reconnaissance et d’amour au sein de l’épreuve comme au sein de la joie ; enfin c’est quelque chose de grand, de surnaturel, qui me dilate l’âme et m’unit à Jésus. » (sainte Thérèse de l’Enfant Jésus)

« L’oraison est un échange d’amitié où l’on s’entretient souvent seul à seul avec Dieu dont on se sait aimé. » (sainte Thérèse d’Avila).

 

Ce peut être :

Ø une prière de bénédiction et d’adoration, où l’on se tourne vers Dieu pour exalter sa grandeur et ses dons ;

Ø une prière de demande et d’intercession, où nous supplions pour nous-mêmes (demande) et pour les autres (intercession) ;

Ø une prière d’action de grâces et de louange, où nous remercions Dieu de ce qu’il nous donne, de ce qu’il fait pour nous, et où nous nous réjouissons de ce que Dieu est Dieu.

 

 

Pour le musulman

La prière est le 2ème pilier de l’islam. Ces piliers de l’islam sont au nombre de cinq : la Chaada, la prière, l’aumône, le jeûne et le pèlerinage. Ce sont des devoirs incontournables que tous les musulmans sunnites doivent appliquer.

La prière est d’une très grande importance. Le croyant y exprime son adoration envers Dieu, Unique, Créateur et implore sa miséricorde. C’est une prière qui se fait de façon directe et sans intermédiaire entre l’homme et Dieu.

L'accomplissement de la prière doit se faire de manière rigoureuse, tant au niveau de sa préparation qu'à celui de son accomplissement. Elle marque ainsi la vie du croyant car elle doit être accomplie de manière régulière tout au long de la journée.

La prière doit se faire cinq fois par jour : A l'aube (fajr), à midi (duhr), au milieu de l'après-midi (asr), au coucher du soleil (magrib), à la tombée de la nuit (isha). La prière musulmane a lieu au moins une fois par semaine, à la mosquée, le vendredi. La prière collective est considérée comme préférable à une prière solitaire.

La prière musulmane répond à l'appel à la prière prononcée par le muezzin. Elle est précédée d'ablutions physiques, car il faut se purifier pour prier. Elle se fait en direction de la Ka'ba de La Mecque et elle est toujours faite en arabe. Elle est marquée par des inclinations et des prosternations dans une gestuelle bien déterminée. Le cri liturgique "Allâhu akbar" ("Dieu est plus grand !") marque les changements de position. Il y a quatre postures principales : station debout, inclination, prosternation et station assise sur les talons. Chaque position est douée d'une véritable signification symbolique et spirituelle. La prière comporte aussi des supplications et des invocations.

En plus de la prière rituelle, il existe d'autres formes de prière musulmane : l'invocation, la récitation du Coran, le chapelet (subha)  (un chapelet de 99 grains que l’on égrène en énumérant les attributs d’Allah). 

 

Eleutheros

 

 

NOTA BENE   communiqué  par  notre ami, le Père François Jourdan, islamologue. (Auteur de   «  Dieu des chrétiens, Dieu des musulmans » ; « le Messie en croix » et   «  la Bible face au Coran »)            

 

Chacune de ces doctrines respectives a  des conséquences spirituelles et vitales spécifiques  sur le croyant, c'est-à-dire sur sa vision de Dieu :

 

                Pour le musulman : La description rituelle précise de la prière islamique obligatoire donne une idée du sens islamique de Dieu, avec  le front à terre, soumis corps et âme dans le détail. La première prière obligatoire de la journée est celle du lever du soleil (çubh ; celle de l’aube (fajr) n’est pas obligatoire). A la prière du vendredi après-midi à la mosquée, les femmes sont très peu présentes (comme les juives à la synagogue !) et très soigneusement isolées : pas la moindre distraction ne doit être possible! La tutelle est stricte, comme Dieu. Jamais un musulman ne pourra dire à Dieu : « Père ! ». Sans l’Alliance biblique  et le baptême, il dit[1] « Notre Seigneur ! » (« Rabbanâ ») comme dans le Coran, ou  « Mon Seigneur !» (« Rabbi») dans une immense distance respectueuse (verset du trône 2,255 : « le Très-Haut, le très Grand »). Oui, « Dieu seul  est grand » selon la vraie traduction de l’élatif arabe ‘akbar’ dans la formule du takbîr si souvent répétée : « Allâhu akbar ! » (et non pas le simple et fade : Dieu est grand, ou plus grand). Il n’y a pas de comparaison possible.

 

                 Pour le chrétien : L’Incarnation par Jésus ‘accomplit’ (à la fois achève et mène à sa plénitude) l’Alliance biblique historique, inconnue de la foi musulmane, commencée avec  l’Abraham  biblique. En conséquence la prière chrétienne se fait d’abord au Père, par le Fils, dans l’Esprit-Saint. Même individuelle, par le signe de la croix elle est trinitaire car Dieu est  Amour (ce qu’aucune autre  religion ne connaît clairement). Et par le Fils nous avons une relation que l’on ne peut se donner nous-mêmes mais que l’on reçoit à notre baptême, et que l’on déploie dans notre vie plus ou moins selon notre sainteté personnelle : enfant de ce Père en Dieu, bien au-delà du Dieu monothéiste Père de toute créature. Ainsi le titre du « Notre Père » est spécifiquement chrétien et surtout dans sa signification. C’est très osé car aucun être humain ne peut par lui-même se donner cette relation. De plus c’est dans un sens qui conduit à la communion avec Dieu et en Lui, dans l’Esprit, par le Christ notamment dans les sacrements. Tout particulièrement à la messe où par Sa Présence eucharistique Il nous tourne vers Son Père et Le prie avec nous. C’est unique. Mais aussi cela nous engage de manière unique à « l’image et ressemblance » (Gn 1,26-27) du Christ désormais, à travers Son Corps qui est l’Eglise rassemblée dans son Esprit (voir les invocations à l’Esprit sur l’assemblée : épiclèses). Nous n’avons jamais fini d’apprendre à prier car c’est toute notre relation à Dieu qui s’affine en Lui pour toujours !




[1] Ô Dieu (Allahumma):  3,26; 5,116 (de la part de ‘Îsâ -Jésus qui ajoute : Rabbanâ)…                                                                                  Mon Seigneur (Rabbi) :  2,126; 3,36.38.40.41; 5,117(Rabbî + Rabbukum ‘votre Seigneur’); 7,143.151.155;  11,45.47; 12,101;    14,35.36.40; 17,24.80; 19,4; 20,114; 23,118 ; 26,83…                                                                                                                                      Notre Seigneur (Rabbanâ) : 2,127.128.201.250.286; 3,8.9.16.147.191.192.13.194; 4,75; 5,83; 7,23.126; 10,85.88;          14,37(x2).38.41; 18,10; 23,109; 25,65.74…

 

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
This question is for testing whether you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
19 + 0 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.